Vêtus de rouge, ils manifestent inquiets pour leur avenir.

Leur première revendication : avoir une sécurité sociale renforcée. « Aujourd’hui, tout le monde a des parapluies pour la Sécurité sociale, pour nous prévenir, prévenir les enfants, pour les pensions pour les personnes qui sont malades », raconte une manifestante.

« On est là pour le maintien de pensions correctes et on veut des pensions à 1.500 euros minimum. Parce que tout le monde sait qu’avec ça, on est juste en dessous du seuil de pauvreté », dit une autre.

« C’est un système qu’on a déjà depuis très longtemps, 75 ans […] Beaucoup de gens ont créé des choses formidables pour les autres et je voudrais que l’esprit de solidarité reste toujours aussi ouvert même peut-être plus », explique un homme.

La FGTB qui organise la manifestation se réjouit du hasard du calendrier. Ils se font entendre alors que les informateurs remettent leur rapport au roi. Son président Robert Vertenueil déclare au micro de notre journaliste Simon François : « C’est bien de rappeler à la fois, peut-être au Palais, et à ceux qui devront se mettre au autour d’une table qu’ils doivent se mettre autour d’une table pour former un gouvernement mais former un gouvernement, c’est pas décider que quelques amis ont envie de travailler ensemble. C’est de décider de mettre en place une politique qui réponde aux besoins de la population ».

« On continue le combat pour dire qu’il faut garder la Sécurité sociale unique en Belgique pour l’ensemble des travailleurs, des allocataires, mais aussi pour les pensionnés et certainement pour la problématique des soins de santé », déclare pour sa part Jean-Michel Cappoen, secrétaire général du SETCA.

Une manifestation largement plébiscitée par les citoyens mais aussi par des associations de jeunes et de moins jeunes.